www.faune-isere.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune de Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Données et analyses
       - 
Pic mar 2017
       - 
Vulcain 16-18
       - 
Vautour fauve 2017
       - 
Cisticole des joncs 2017
       - 
Moro-sphinx 15-17
       - 
Grande Sauterelle verte 15-17
       - 
Sauterelle cymbalière 15-17
       - 
Grue cendrée 2017
       - 
Ecureuil roux 16-17
       - 
Bondrée apivore 2017
       - 
Martinet noir 2017
       - 
Pie-grièche écorcheur 2017
       - 
Ascalaphe soufré 15-17
 - 
Les galeries
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
La faune de l'Isère
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Atlas communal
 - 
Cartes de présence
Utilisation du site
 - 
Nous contacter
 - 
Mode d'emploi : l'inscription.
 - 
Mode d'emploi : la saisie
 - 
Mode d'emploi : suivi des données
 - 
Code de déontologie
 - 
Code d'éthique
 - 
Saisie des données Loutre
 - 
Saisie des données Effraie
 - 
Crédits photographiques
Etudes et suivis
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 181
 
lundi 22 mai 2017
Les Grandes Îles de Montbonnot

Du fait de sa position géographique et des milieux présents, l'étang des Grandes Îles (appelé abusivement « étang Pacific ») et ses alentours concentrent plusieurs enjeux naturalistes, et notamment ornithologiques. La renaturation écologique réalisée par le SYMBHI dans le cadre des  mesures compensatoires ont renforcé l'attractivité de ce site. Les enjeux de conservation et de valorisation portent en particulier sur les oiseaux : guêpier d'Europe, petit gravelot, ardéidés, migrateurs…
Maintenant intégré dans l'Espace naturel sensible du bois de la Bâtie et des milieux rivulaires associés, l'étang des Grandes Îles est géré par le Département, l'ONF et la LPO Isère. La gestion a pour objectif de maintenir et de développer les enjeux environnementaux identifiés, tout en intégrant les mesures compensatoires issues des travaux du SYMBHI sur l'Isère amont.

Actuellement, le site de l'étang des Grandes Îles est fermé au public (renaturation en cours et aucun aménagement d'accueil n'existe). Son ouverture est prévue au cours de l'année 2018.

---

Jouxtant l'étang des Grandes Îles, le site d'exploitation de granulats SOCAFI est en activité. Il s'agit d'un site industriel, privé, dont l'accès n'est pas autorisé.
La LPO Isère bénéficie d'une autorisation avec conditions suite à une convention signée entre les deux structures. Cette autorisation est restrictive : elle est nominative, à certaines heures et pour certaines missions bien précises (aménagements pour les guêpiers, surveillance du site...).

La carrière SOCAFI est donc un site privé, industriel dont l'accès, quels que soient le jour et l'heure, n'est pas autorisé au public. Les clôtures et panneaux sont suffisamment explicites.

---

Ainsi, dans le respect des animaux présents, des propriétés privées et des chantiers en cours, la LPO Isère vous demande explicitement de respecter les accès et cheminements actuellement autorisés pour cette année 2017, figurés dans le plan à télécharger ci-dessous.

Merci pour votre compréhension.

Pour tout renseignement, vous pouvez contacter Rémi Fonters à la LPO Isère :
conservation.isere@lpo.fr / 04 76 51 78 69

posté par Rémi Fonters / Lpo38
 
vendredi 19 mai 2017
Papillons de jour
Mélitée de Fruhstorfer et Mélitée des Mélampyres

Les connaissances sur les espèces évoluent constamment. Ainsi, les progrès dans la phylogénétique ont permis de mettre en évidence que la Mélitée des mélampyres (Melitaea athalia) regroupait en fait plusieurs espèces.
Ainsi, la mélitée présente en Isère (et dans la moitié sud-est de la France) est dorénavant la Mélitée de Fruhstorfer.

Les discussions taxinomiques sur le nouveau nom scientifique de l'espèce sont encore en cours. Actuellement, sur Faune-Isère, le nom utilisé est Melitaea helvetica, mais ce nom va vraisemblablement changer dans l'avenir (en Melitaea nevadensis)...

Il est donc demandé à tous de modifier les données déjà saisies en "Mélitée des Mélampyres" en "Mélitée de Fruhstorfer", et la Mélitée des Mélampyres est retirée des espèces accessibles à la saisie sur Faune-Isère.
Cela permet d'éviter la saisie réflexe sans penser au changement de nomenclature.

 

Bonnes observations !

posté par Rémi Fonters / Lpo38
 
jeudi 18 mai 2017
Notez vos observations d'animaux morts !

Les collisions routières sont toujours sous haute surveillance. Les données d'animaux morts (écrasés sur la route ou autre) sont tristes mais sont très utiles pour nous aider à identifier des points de conflits !

N'oubliez pas de cocher la case "l'animal est mort" et de préciser la cause lorsque vous croisez un animal mort, quelque soit l'espèce !

Si vous saisissez une donnée sous Naturalist d'animal mort, la case "mortalité" n'est pas (encore)  disponible.

Allez, s'il-vous-plait, modifier votre donnée sur Faune-Isère pour cocher la case "l'animal est mort", sinon ces données ne peuvent pas être traitées comme des données d'animal mort.

Merci pour vos précieuses observations !

 

Pour plus d'infos contactez etudes.bdd.isere@lpo.fr

posté par Anaëlle Atamaniuk / Lpo38
 
jeudi 18 mai 2017
Mammifères
Comptons les bouquetins !

Après une longue absence en Chartreuse, le retour du bouquetin des Alpes constitue une étape importante pour la biodiversité du massif.
Depuis 2010, ce programme de réintroduction vise à rétablir une population pérenne. Trente animaux avaient été initialement relâchés.

Depuis, la population du bouquetin en Chartreuse a évolué, nous comptabilisons actuellement une cinquantaine d'individus. Pour mesurer l'évolution de la population, un des paramètres les plus faciles à suivre est la taille des groupes de mâles. Il est validé scientifiquement, qu'en phase de colonisation, la variation de la taille moyenne des groupes est corrélée avec celle de l’abondance relative d’une population de bouquetins.

Le Parc de Chartreuse (en charge du suivi des bouquetins du massif) et l'équipe Faune-Isère recommandent de compter le plus précisément possible les groupes de bouquetins mâles que vous observez sur le massif de la Chartreuse.
Lors de la saisie de la donnée sur Faune-Isère, il faut préciser dans "Nombre total d'individus" si le comptage du groupe est exact (en indiquant "Valeur exacte"), s'il s'agit d'une approximation ("Estimation") ou s'il s'agit d'un nombre minimal d'individus ("Minimum").

Pensez également à prendre des photos qui permettent de réaliser un minimum de veille sanitaire sur la population de bouquetin.

Bonnes observations en Chartreuse !

posté par Rémi Fonters / Lpo38
 
mercredi 17 mai 2017
Oiseaux
27 & 28 mai 2017 : Un week-end pour compter les oiseaux !

Comme chaque année, la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) organisent un comptage national des oiseaux des jardins le dernier week-end de mai. Tous les citoyens sont ainsi invités à participer pour faire avancer les connaissances sur ces oiseaux. Il suffit de consacrer 1h de son week-end à l’observation de l’avifaune qui peuple son jardin. Cette opération permettra de savoir quelles sont les espèces qui fréquentent ces zones en cette période. Lors du comptage de mai 2016, c’est le merle noir qui avait été observé dans le plus de jardin (80%). Qu’en sera-t-il cette année ?

Et vous, quels sont les oiseaux que vous observez dans votre jardins en cette période ?

Pour prendre part à l’opération cette année, il vous suffit de choisir un lieu de comptage et d’y compter les oiseaux durant 1h, puis de transmettre vos observations sur le site www.faune-isere.org. Ces données sont automatiquement transmises au site de l’Observatoire des oiseaux des jardins.

En détails :

  1. Choisir un jour d’observation : samedi 27 ou dimanche 28 mai et un créneau horaire d’une heure exactement.
  2. Trouver un lieu d’observation. Un jardin privé ou un parc public, peu importe sa taille, urbain ou campagnard. Il est possible de participer sur un balcon.
  3. Compter et noter durant 1 heure tous les oiseaux qui fréquentent le jardin. Pour vous aider à identifier les oiseaux, une fiche est à votre disposition. Elle présente les 52 espèces les plus fréquemment observées dans les jardins.
  4. Transmettre les donnéessur le site www.faune-isere.org, dans la section Participer -> Oiseaux des jardin -> Transmettre les observations de mon jardin. Le jardin doit être créé au préalable par « Ajouter un jardin », si ce n’est pas déjà le cas.

Tout le monde peut prendre part au comptage ! Pas besoin de matériel particulier : un papier, un crayon et un accès internet suffisent.

Et si besoin, l’équipe de l’Observatoire est à la disposition des participants pour les aider à identifier un oiseau inconnu. Il suffit d’envoyer une photo de « l’oiseau non identifié » à cette adresse : oiseauxdesjardins@lpo.fr

Plus d’informations

Consultez le site Internet dédié à l’opération www.oiseauxdesjardins.fr.

Opération réalisée par la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle dans le cadre des programmes VigieNature.

posté par Daniel Thonon
 
vendredi 12 mai 2017
Oiseaux
Synthèse sur le tarier des prés en Isère

La première synthèse sur les connaissances du tarier des prés vient d'être terminée. Vous pouvez la lire à partir du lien ci-dessous.

 

Nicolas Biron, coordinateur Tarier des prés

Document à télécharger :  Synthèse Tarier des prés 2016
posté par Rémi Fonters / Lpo38
 
jeudi 11 mai 2017
Oiseaux
Appel à bénévoles -- Campagne 2017 de sauvegarde des busards en Isère

Les premiers busards sont de retour, l’occasion pour la LPO Isère de lancer sa campagne de protection des nichées de busards en concertation avec les agriculteurs. À cette occasion, nous faisons appel aux bonnes volontés qui souhaiteraient s’investir pour la protection de ce rapace à nos côtés.
En effet, devenus rares et menacés, les busards méritent toute notre attention. La raréfaction de leurs milieux naturels, telles que les zones humides, ont poussé les busards à s’adapter et donc s’installer dans différents types de cultures (céréales, cultures fourragères, etc.).

L’opération de protection des nichées de busards est mise en place afin d’éviter la destruction possible des nids lors des moissons ou des fauches.
Votre aide sera la bienvenue pour nous aider à chercher les couples et localiser les nids dans les parcelles cultivées.

L’action se déroule principalement en plaine de Bièvre, des covoiturages depuis Grenoble seront organisés.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter Florian Escot, référent busard 2017 de la LPO Isère, par téléphone au 06.59.02.25.66 ou par courriel à florian.escot@lpo.fr

posté par Rémi Fonters / Lpo38
 
mardi 9 mai 2017
Utilisation de la « repasse » et recommandations de la LPO

Avec l’avènement des nouvelles technologies numériques, il devient aisé pour chacun d’utiliser la technique dite de « repasse » pour rechercher ou observer les oiseaux, souvent simplement à l’aide de son smartphone.

La « repasse » est une technique qui consiste en diffuser des enregistrements de sons d’une espèce afin de provoquer une réponse comportementale ou vocale de l’animal sauvage correspondant.

Cette technique peut s’avérer très utile et efficace dans le cadre d’études ou d’inventaires d’espèces souvent difficiles à contacter.

De nombreux ornithologues amateurs utilisent également cette technique pour réaliser des observations ou photographies d’espèces discrètes.

Néanmoins, il est nécessaire de rappeler que la repasse n’est pas sans incidence sur la faune sauvage et demande des précautions d’usages qu’il est bon de rappeler.

Risques

– Le principe de la repasse repose sur une réponse d’un animal territorial qui défend ainsi son domaine vital. Avec des enregistrements à répétition, l’animal concerné peut abandonner son territoire croyant avoir à faire à d’autres individus territoriaux.

– La repasse occasionne forcément un stress ou une dépense d’énergie inutile chez les oiseaux pouvant être identifiée comme un individu concurrent ou un prédateur.

– L’individu appelé par la repasse peut, dans sa réponse, s’exposer à un prédateur ou la repasse peut aussi appeler un prédateur de l’espèce recherchée sur son territoire.

Recommandations

– La LPO Isère vous demande de ne pas utiliser la repasse en période de nidification qui est la période la plus sensible pour les espèces !

– Il est essentiel d’arrêter l’enregistrement dès la première réponse et de ne pas insister. Par ailleurs il faut éviter les enregistrement à volume trop élevé. S’abstenir lors de manifestations spontanées de l’espèce recherchée.

– Essayez de limiter au maximum votre utilisation de cette technique et de ne l’utiliser que dans le cadre de prospections sur des zones où la présence de l’espèce n’est pas connue. Pour certaines espèces, il est préférable de contacter la LPO au préalable ou les coordinateurs bénévoles.

Il est essentiel de limiter au maximum notre impact sur les milieux et la faune sauvage même si vous souhaitez agir dans le sens de la protection de la nature ou par passion.

Merci à vous !

posté par Anaëlle Atamaniuk / Lpo38
 
lundi 24 avril 2017
Participez au suivi des oiseaux communs

C'est le printemps, il est temps d'aller écouter chanter les oiseaux,

le STOC (suivi temporel des oiseaux communs) est un procotole de suivi qui se réalise annuellement au printemps.

Dix point d'écoute sont répartis dans un carré de 2km de coté. 5min d'écoute sont consacrées à chaque point, toutes les espèces et le nombre d'individus sont recensés.

Les données sont ensuite analysées en partenariat avec le muséum national d'histoire naturelle. (http://vigienature.mnhn.fr/page/suivi-temporel-des-oiseaux-communs-stoc)

Il reste des carrés vacants en Isère, si vous êtes tentés réaliser un carré cette année, ... et les années à venir, signalez-vous !

Il suffit de savoir reconnaître les oiseaux au chant et de disposer de quelques heures pour 2 matins de printemps (un avant le 8 mai et un entre le 9 mai et le 15 juin (plus tardif en montagne)

N'hésitez pas à contacter Anaëlle : etudes.bdd.isere@lpo.fr

posté par Anaëlle Atamaniuk / Lpo38
 
jeudi 13 avril 2017
Rallye Ornitho Isle Crémieu 2017 * samedi 27 Mai
6ème Rallye Ornitho Isle Crémieu : Samedi 27 Mai
 
vous aimez observer de nouvelles espèces ?
faire de la prospection ?
découvrir une région ?
rencontrer des ornithos passionnés ?
 
Alors participez au Rallye Ornitho, une journée conviviale pendant laquelle des équipes d'observateurs doivent noter le plus d'espèces .
Le Rallye c'est aussi une méthode de prospection ludique qui permet de couvrir efficacement un territoire ce qui a permis d'établir que plus de 115 espèces sont nicheuses en Isle Crémieu !
Cette année la priorité sera donnée aux " zones blanches " ( les sites peu ou mal connus )
 
Renseignements , Inscription ( individuelle ou par équipe ) par mail : fabrice_catherine@yahoo.fr
 
A bientôt en Isle Crémieu !
Cordialement , Fabrice Bassompierre
posté par Daniel Thonon
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 181

Ligue pour la Protection des Oiseaux - Délégation Isère. Pour tout contact, veuillez adresser un courriel à contact-faune-isere@daniel-thonon.net.
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017